Les océans couvrent la majeure partie de notre terre-mère, la Terre. Notre planète bleue semble très bien explorée au niveau terrestre, mais sous le niveau de la mer se cache un monde mystique en grande partie encore inexploré, qui offre un habitat à d’innombrables êtres vivants.

Cet écosystème est cependant plus menacé que jamais, car les émissions de C02 rendent l’eau plus chaude et plus acide. De plus, environ 8 millions de morceaux de plastique finissent chaque jour dans nos océans.

Dans notre article d’aujourd’hui, nous abordons l’impact de ces facteurs de pollution et d’autres sur nos océans.

Nos océans

Nos océans sont à la fois victimes du réchauffement climatique et notre plus grand espoir. Pourquoi?

Ils stockent la chaleur, contrôlent le temps et sont le principal puits de carbone (ils stockent 50 fois plus de gaz à effet de serre que l’atmosphère) de notre planète. Pour ces raisons, leur protection est en quelque sorte cruciale pour notre vie future sur Terre.

La pollution et ses effets

. C02 Impact sur l’océan

Les effets de la crise climatique ne devraient plus être un secret pour personne, les conséquences sont également visibles depuis longtemps dans les océans. L’augmentation constante de la température entraîne non seulement la fonte des glaciers et la montée du niveau de la mer, mais aussi la destruction de l’habitat de nombreuses espèces. De nombreux êtres vivants sous l’eau ne sont pas du tout en mesure de s’adapter aussi rapidement aux changements de température.

Voici quelques faits tirés du rapport 2019 du GIEC(Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) :

les déchets plastiques dans l’océan

Comme nous l’avons mentionné plus tôt, des quantités énormes de déchets plastiques finissent chaque jour dans nos océans. Pas besoin d’être professeur pour comprendre que nous détruisons ainsi nos océans.

Mais que se passe-t-il exactement lorsque les déchets atterrissent dans l’océan ?

Environ 75% de tous les déchets marins sont constitués de plastique. Selon le Programme des Nations unies pour l’environnement(PNUE),jusqu’à 18.000 morceaux de plastique de différentes tailles flottent désormais sur chaque kilomètre carré de surface marine. Mais cela ne concerne que la surface de la mer. La majeure partie des déchets coule au fond de la mer. Ce que nous voyons n’est pratiquement que la “pointe de l’iceberg”. Le pire, c’est que le plastique ne se dégrade pas, il reste. Dans le pire des cas, il ne se dégrade qu’après plusieurs centaines d’années.

Plus de 100.000 espèces marines et plus de 1.000.000 millions d’oiseaux marins meurent chaque année à cause des effets de nos déchets jetés dans l’océan. Les animaux sont souvent pris dans les filets de pêche et se noient ou sont gravement blessés. Le plastique pénètre également dans leur estomac et obstrue leur système digestif. Les animaux meurent donc de faim, l’estomac plein…

De même, il est possible que ce plastique provenant de l’océan se retrouve à nouveau sur notre table, sous forme de poisson. Comme nous l’avons déjà dit, le plastique ne disparaît pas comme ça.

Nos déchets forment également ce que l’on appelle des vortex de déchets. C’est ainsi que s’accumulent de gigantesques tapis de déchets. . La plus grande d’entre elles s’étend sur une surface d’environ 1,6 million de kilomètres carrés. Cela correspond à peu près à la superficie de l’Europe centrale.

Les processus de décomposition libèrent des substances dangereuses qui s’accumulent dans la chaîne alimentaireet peuvent influencer durablement le patrimoine génétique et l’équilibre hormonal des êtres vivants marins. Des effets néfastes à long terme sur l’homme ne sont pas non plus à exclure.

En Europe, des millions de tonnes de plastique sont jetées chaque année après une seule utilisation. Les sacs en plastique, les bouteilles en plastique et les mégots de cigarettes font partie des objets les plus fréquemment trouvés sur les plages. La plupart des déchets proviennent de la terre ferme, jetés négligemment et emportés par les rivières et le vent jusqu’à la mer.

Chacun d’entre nous peut contribuer à la protection de nos océans en adoptant un comportement responsable en matière de consommation et d’élimination des déchets. En effet, la protection des océans ne commence pas quelque part sur les côtes australiennes, mais dans nos foyers !

Deviens donc une partie de la solution au lieu de rester une partie du problème !

Laisser un commentaire